Comment serez vous recruté en 2025 ?

by / lundi, 08 septembre 2014 / Publié dans Blog
Un entretien de recrutement collaboratif avec une dose de réalité augmentée ou, carrément, un tête-à-tête avec un robot. Voilà comment Jean-Christophe Anna, directeur associé et co-fondateur de LINK HUMANS imagine le futur du recrutement. Si ces scènes semblent tout droit tirées d'un film de science-fiction, une certitude demeure : les devices mobiles joueront un rôle clé dans les pratiques de recrutement des prochaines années. A moins, bien sûr, que l'étape même du recrutement ne disparaisse un jour...
 
Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... La presse voit sa suprématie contestée. De nouveaux spécimens, les jobboards, s'imposent comme les acteurs incontournables de l'écosystème recrutement. En ces temps reculés, les recruteurs sont devenus tout puissants et les humains ne sont que ponctuellement candidats. Pour dénicher les meilleurs "Jedis", il faut faire appel aux "headhunters", véritables chasseurs de primes. 

Alors que l'ordre établi vient de connaître un premier bouleversement, une menace fantôme est sur le point de provoquer une véritable révolution... Nous sommes en 2003, il y a 11 ans seulement. LINKEDIN  (la "menace fantôme") voyait à peine le jour et ni Viadeo, ni Facebook, ni Twitter, ni le smartphone n'existaient ! 

2014 : la révolution du recrutement mobile est déjà en marche !

En 2014, candidats et recruteurs sont à égalité. Ils disposent exactement des mêmes outils pour soigner leur image, accéder à l'ensemble du marché et s'informer l'un sur l'autre. Ne consacrant plus toute sa carrière professionnelle à la même entreprise, soignant son identité numérique et se rendant de facto accessible à tout moment des recruteurs, chaque individu est désormais un candidat à vie !

Le recruteur est devenu chasseur, ambassadeur de son entreprise, hyper connecté et donc hyper accessible. D'un côté, il traque le candidat là où il se trouve. De l'autre, il le drague pour le séduire et l'attirer. Alors que cette première révolution sociale, est de loin pas encore pleinement maîtrisée, une seconde révolution est déjà en marche, celle du recrutement mobile.

11 ans plus tard, en 2025, les ordinateurs ont disparu. Le recrutement est 100% mobile. Après avoir consulté une offre d'emploi depuis son smartphone ou sa tablette, le candidat postule simplement en un clic. Une synthèse de ses données personnelles, présence et activité en ligne est directement adressée au "recruteur data analyst". Celui-ci compare le fit culturel du candidat avec les valeurs de l'entreprise pour prédire son efficacité potentielle et sa future réussite dans la mission confiée. Si le "matching" (adéquation au poste) est positif, une formidable expérience est alors proposée au candidat : un accompagnement personnalisé via l'application mobile "Carrières" de l'entreprise qui le guide tout au long du processus de recrutement jusqu'à son intégration, et même au-delà, puisque celle-ci se mue alors en application collaborateur. Sur cet « intramobile », il découvre tous les métiers de l'entreprise, mais aussi les meilleures formations et opportunités d'évolution en interne. Et dire qu'un jour, il devait jongler entre un intranet vieillissant et un RSE (réseau social d'entreprise) sous exploité...

2025 : le "crowdrecruitment" est la nouvelle tendance à la mode ! 

En 2025, l'entretien de recrutement oscille entre réalité augmentée pour immerger le candidat dans son futur poste et séance de "soft skills dépistage"*. Les Googles Glass sont complètement has been, le cyber recruteur porte des "smartlentilles" capables d'analyser toutes les réactions grâce à une technologie avancée de reconnaissance faciale. Simultanément, le ton de la voix du candidat, son rythme et son énergie sont disséqués par le capteur intelligent logé dans l'oreille droite du recruteur augmenté. Parallèlement, sa personnalité est sondée et finement analysée. Toutes ces datas sont brassées par le super microprocesseur situé dans la boîte crânienne du recruteur, directement « pluggé » à son cerveau. Elles sont transmises en temps réel aux membres de l'équipe opérationnelle concernée qui participe activement à l'évaluation et à la décision finale : "le crowdrecruitment" est la nouvelle tendance à la mode !

À moins que... À moins que le recruteur n'ait alors radicalement changé de visage et se prénomme Matilda, Baxter ou Romeo. Et oui, il se pourrait bien qu'en 2025 le recruteur soit... un robot ! N'oublions pas que depuis 2014, l'algorithme est plus performant que l'instinct humain. Le recruteur robot est rationnel, objectif, non discriminant, neutre, extrêmement fiable dans son analyse psychologique et émotionnelle du candidat. Comment en est-on arrivé là ? Posez donc la question aux candidats qui ont progressivement refusé d'être recrutés par des humains. Le recrutement est un acte bien trop sérieux pour être confié à la subjectivité humaine ! 

La fin du recrutement ou son renouveau ?

Bien d'autres questions métaphysiques se posent : Serez-vous encore recruté ? Serez-vous encore candidat ? Le contrat de travail existera-t-il encore ou enchaînerez-vous les missions pour différentes entreprises en mode freelance ? Dans quelle équipe évoluerez-vous ? Pour combien de temps ? Pour quel coach ou agent de talents vous engagerez-vous ? Le mercato battra son plein. La fin du recrutement ou son renouveau ? Rendez-vous en 2025 !* 
 
- directeur associé et co-fondateur de Link Humans
 
* Les "soft skills" font référence aux qualités humaines et émotionnelles d'un candidat. Elles viennent compléter les "hard skills" qui désignent les compétences techniques.