Un lien entre perfectionnisme et burnout

by / mercredi, 16 septembre 2015 / Publié dans Blog

Un lien entre perfectionnisme et burnout

Le perfectionnisme est un facteur de risque de burnout surtout au travail

PerfectionismeJe pense depuis  bien longtemps que type de personnalité de base « travaillomane » de la Process Communication pouvait être plus exposé que les autres types aux risques de burnout (syndrome d’épuisement). Le type de personnalité travaillomane pense que sa valeur dépend de la ,quantité ou qualité de sa productivité ou du regard des autres sur la qualité de son activité.  Les résultats de l’étude « Multidimensional Perfectionism and Burnout: A Meta-Analysis », publiée dans the Society for Personality and Social Psychology démontrent que les préoccupations perfectionnistes, en générant stress, burnout et problèmes de santé, peuvent saboter la réussite des individus, dans les domaines professionnels, scolaires ou sportifs.

La méta-analyse réalisée par Andrew P. Hill et Thomas Currandes sur 43 études a porté sur la relation entre perfectionnisme et burnout, les chercheurs ont analysé les résultats de 43 études antérieures menées au cours des 20 dernières années. Les chercheurs ont montré l’aspect positif du perfectionnisme, à travers ce qu’ils appellent les "aspirations perfectionnistes" et qui impliquent l'établissement de normes personnelles élevées et un travail pro-actif  vers la réalisation de ces objectifs. Ces efforts peuvent contribuer à maintenir un sentiment d'accomplissement et à retarder les effets débilitants du burnout.

Le côté sombre du perfectionnisme, appelé «préoccupations perfectionnistes," peut être plus préjudiciable lorsque les individus craignent constamment de faire des erreurs, de laisser tomber les autres, ou de ne pouvoir répondre aux exigences incroyablement élevées de leurs propres normes. Des recherches antérieures ont montré que les préoccupations perfectionnistes et le stress qu'ils génèrent peuvent contribuer à de graves problèmes de santé, y compris la dépression, l'anxiété, les troubles alimentaires, la fatigue et même une mortalité précoce.

"Les préoccupations perfectionnistes capturent les craintes et les doutes concernant la performance personnelle, ce qui crée un stress pouvant mener à l'épuisement professionnel quand l’environnement devient cyniques et non attentionné", a déclaré Hill. "Il peut également interférer avec les relations et il est difficile de faire face aux revers car chaque erreur est considérée comme une catastrophe."

L'étude montre que les effets négatifs les plus importants des préoccupations perfectionnistes sont le burnout professionnel, peut-être du fait que les individus bénéficient de plus de soutien social et ont des objectifs clairement définis en matière d'éducation et de sport. Un étudiant peut être récompensé de son dur travail par une bonne note, ou un joueur de tennis peut gagner un grand match, mais une formidable performance au travail peut ne pas être reconnue ou récompensée, ce qui peut contribuer au cynisme et à l'épuisement professionnel.

"Les individus ont besoin d'apprendre à remettre en question les croyances irrationnelles qui sous-tendent les préoccupations perfectionnistes, en fixant des objectifs réalistes, en accepter l'échec comme une occasion d'apprentissage, et en se pardonner quand ils échouent", a déclaré Hill. "Créer des environnements où la créativité, l'effort et la persévérance sont valorisées peut être aidant."

La plupart des individus possèdent des caractéristiques de perfectionnisme dans certains aspects de leur vie, mais avec différentes dominantes concernant les aspirations ou les préoccupations perfectionniste. L'élaboration d'un profil de personnalité identifiant les préoccupations perfectionnistes pourrait être un outil précieux dans la détection et l’aide aux individus à risque de faire un burnout.

Journal de référence: Andrew P. Hill, Thomas Curran. Perfectionnisme multidimensionnelle et Burnout: Une méta-analyse. Personnalité et une critique de la psychologie sociale, Juillet 2015

  1. Commentaires : cette étude est fort intéressante par le lien qu’elle fait entreburnout et une des deux grandes formes de perfectionnismes. Ce qui signifie que le perfectionnisme à lui seul n’est pas déterminant dans la survenue d’un burnout. Selon moi, ce qui différencie « l’aspiration perfectionniste » du « soucis perfectionniste » est la direction de la motivation. Si dans les deux cas les standards de réalisation sont élevés, dans le premier cas l’attention de la partie  « perfectionniste » est dirigée vers la réalisation d’un but (méta-programme « Aller-vers ») de la PNL,  alors que dans le second cas, l’attention est dirigé vers les obstacles qui peuvent s’opposer à la réalisation d’un but (méta-programme « S’éloigner de »)

Il est important également de rappeler qu’une personne ne peut être identifiée à un aspect « perfectionniste» d’elle-même. Comme le rappelle les auteurs de l’étude, nous avons tous en nous une bonne dose de perfectionnisme (ou de travaillomane sous stress). Le burnout n’est certainement pas le fruit  du dysfonctionnement de cette partie travaillomane en train de se perdre ou de se noyer dans le perfectionnisme, mais d’une perte de relation avec les autres aspects de personnalité porteuses des ressources susceptibles d’atténuer les pulsions perfectionnistes du travaillomane.  Je pense que le problème du burnout chez le travaillomane ne vient pas du risque de perfectionnite aigue, mais d’une identification excessive au type de personnalité « travaillomane ». Toute identification excessive constitue une exclusion d’un champ relationnel de ressources. Le burnout du perfectionniste est probablement le produit d’un travaillomane sous stress coupé du sens donné au travail apporté par le Persévérant (et peur de ses reproches), de l’attention et de l’amour de l’Empathique, de la prise de recul du Rêveur, de la légèreté du Rebelle, et de la réalisation concrète du promoteur.

Plus dans cette catégorie : « Le syndrome RH du titanic